Texte déposé à la SACEM
Alain Broutin

Mon âme à nue

J’ai compris la simplicité.
Pour se regarder l’nombril,
y a pas besoin d’se baisser,
il suffit d’bouger la tête.

La vie a mis mon âme à nue / n’âme à nue / n’âme à nue…
La vie a mis mon âme à nue.

J’ai percé la vraie vérité.
Si elle coule à côté des cruches,
c’est qu’elle a peur de les heurter.
C’est creux mais c’est la vérité.

La vie a mis mon âme à nue / n’âme à nue / n’âme à nue…
La vie a mis mon âme à nue.

J’ai abusé d’la volupté,
je l’ai tant léché sur les bords
qu’elle s’est cassée avant l’aurore,
mais les morceaux criaient « Encore ! »

La vie a mis mon âme à nue / n’âme à nue / n’âme à nue…
La vie a mis mon âme à nue…
mais en vertu des grands principes
on voit toujours les marques du slip.

La vie a mis mon âme à nue / n’âme à nue / n’âme à nue…
La vie a mis mon âme à nue…

 

 


2
1