Alain Broutin
Texte déposé à la SACEM

Ton regard est pris / dans les mailles de ma jupe.
Moi, rien ne m’échappe. / Je vois que tu tiens à moi.

Un seul coup de patte, / tu fais déjà la culbute.
Je te sens tomber / amoureux de moi.

J’aime qu’on me flatte ; / je peux le rendre au sextuple.
Je me sens si chatte. / Parle, parle moi de moi.

Parle avec les yeux. / Fais les broder sur mon corps.
Sur mes bas d’abord, / cela va de soi.
Je veux qu’ils me touchent / encore deux mots sur ma bouche
pour passer après / aux aveux complets.

Tes yeux de pirate / font le tour de mon bassin,
ensuite ils s’ébattent / au creux de mes seins.

Quand on m’éclabousse, / moi je mousse pour un rien.
Tes grands yeux me poussent / à fermer les miens.

Viens, fais moi danser ; / si tu ne sais pas comment
me le demander : commence par un compliment.

Parle avec les yeux. / Fais les broder sur mon corps.
Sur mes bas d’abord, / cela va de soi.
Je veux qu’ils me touchent / encore deux mots sur ma bouche
pour passer après / aux aveux complets.

Maintenant tu peux / précipiter tes aveux.
Parle avec les doigts, / je comprendrai mieux.

Dessine un poème, / appuies sur les métaphores.
Je sens que tu m’aimes / de plus en plus fort.

Mais que dis-tu là ? / Tu vas me donner la fièvre.
Parle un peu plus bas. / Oui, là, parle avec mes lèvres.

Parle avec les yeux. / Fais les broder sur mon corps.
Sur mes bas d’abord, / cela va de soi.
Je veux qu’ils me touchent / encore deux mots sur ma bouche ;
les doigts ou les yeux, / parle avec les deux

Parle avec les yeux... ... ... ... ... ... ... ...


Parle avec les yeux
Retour