Alain Broutin
Texte déposé à la SACEM

Mon bébé est mort hier ; / j’ai peur de vous déranger, / rapport au trou qu’il faut faire.


                          A la bonne heure, dit l’fossoyeur,
                          moi, j’préfère enterrer les mioches,
                          y a pas besoin d’se creuser,
                          c’est mieux pour ma tête de pioche.
                          J’préfère enterrer les mioches ;
                          c’est pas ça qui va m’crever.

 

Mon bébé est mort hier ; / j’ai peur de vous déranger, / rapport à porter la bière.


                          C’est mon point fort, dit l’croque mort,  
                          moi, j’préfère enterrer les mioches.
                          Plus l’poids du mort est léger
                          et plus l’deuil est vite porté.
                          J’préfère enterrer les mioches ;
                          c’est plus facile à supporter.

Mon bébé est mort hier ; / j’ai peur de vous déranger, / c’est rapport à une prière.


                          En vérité, dit l’curé,
                          moi, j’préfère enterrer les mioches.
                          Quand c’est un vieux qui s’décroche,
                          faut qu’je prie pour ses péchés.
                          J’préfère enterrer les mioches 
                          qui n’ont rien à s’reprocher.

 

Mon bébé est mort hier ; / j’ai peur de vous déranger, / rapport à c’qu’on est tous frères.


                          J’communierai dit la bigote.
                          Quand sonne le glas d’une vieille cloche,
                          c’est signe que mon heure approche,
                          c’est bien dur à digérer.
                          J’préfère enterrer les mioches ;
                          y a toujours de la brioche.

 

Mon bébé est mort hier ; / j’ai peur de vous déranger, / rapport à v’nir au cim’tière.


                          Ça m’fait pas peur, dit l’enfant d’chœur ;
                          moi, j’préfère enterrer les mioches.
                          Avec mes grands yeux d’Gavroche,
                          j’émeus facil’ment les proches.
                          J’préfère enterrer les mioches ;
                          le pourboire est dans la poche.

                          On préfère enterrer les mioches,
                          c’est pas ça qui va nous crever.
                          On préfère enterrer les mioches,
                          c’est plus facile à supporter.
                          On préfère enterrer les mioches
                          Parce qu’ils n’ont rien à s’ reprocher.
                          Comm’ y’ a toujours de la brioche
                          et qu’le pourboire est dans la poche ;
                          on préfère enterrer les mioches…..

 

J’préfère enterrer les mioches.
Retour
Retour