Texte déposé à la SACEM
Alain Broutin

Coulés sans retour


Où est la forêt
de nos grands fous rire... 
Je savais céder,
tu savais séduire,
mais tu aimais jouer,
et moi j’aimais jouir.

Larguées nos amarres / Partis sans retard.
Largués nos amours / Coulés sans retour.

On a fait la paix,
mais c’était la pire,
amour hors délai,
amour hors délire,
et l’un qui se tait,
l’autre qui se tire.

Larguées nos amarres / Partis sans retard.
Largués nos amours / Coulés sans retour.

L’amour vrai de vrai…

c’est dur à graver,
c’est dur à gravir,
et nous on n’avait
qu’un petit navire.
je’ n’sais plus où j’vais,
je n’sais plus où j’vire.

Larguées nos amarres / Partis sans retard.
Largués nos amours / Coulés sans retour.

 


 

                   

2
1