Alain Broutin

Tant que le rêveur est un moindre mâle
et que l'inconnu lui est défendu,
à peine a-t'il vu un buste tendu
qu'il murmure ému et sentimental :
"Ah les fièvres ! Ah les voiles !"

Mais dès qu'il a dépensé deux cent balles,
qu'il voit le fendu dans le défendu,
que dans l'inconnu il voit le con nu,
alors il s'étouffe et crie dans un râle :
"Ah les lèvres ! Ah les poils !"

 

Poème composé à propos du tableau homonyme de JM. Birais, huile sur bois de la série "Elle"
76 × 76cm. 1999

Frissonnements
Retour
Frissonnements