Alain Broutin
Texte déposé à la SACEM


Avec mon beau bateau ciseau
on a coupé l’bras d’une rivière
et l’on n’a pas lâché l’morceau
avant d’arriver à la mer.

J’ai maté le côté bateau
qui tirait au flanc dans l’estuaire.
J’ai calmé le côté ciseau
qui gerbait en fendant les flots.

J’ai appris au côté bateau
à dépasser les moutons blancs.
J’ai appris au côté ciseau
à ne pas les tondre en passant.

Coupe la rivière, bateau ciseau, la rivièreu..la rivièreu...
Si les fils de l’eau sont trop gros,
les filles de l’air pouss’ront derrièreu.
Coupe la rivière, bateau ciseau,
mais surtout ne lâche pas l’ morceau.

Dans une crique aux eaux rieuses,
pour m’amuser, j’ai perdu pied.
Je suis tombé sur les ouvreuses
du grand bal des scaphandriers.

Des milliers d’huîtres très précieuses
se sont bien vite entrebâillées
et leurs perles les plus curieuses
voulur’ se pendre à mon collier.

Je cherchais la plus allumeuse
que j’aurais souvent fait briller ;
j’aurais rendu la perle heureuse
et l’huître n’aurait plus baillé.

Coupe la rivière, bateau ciseau, la rivièreu..la rivièreu...
Si les fils de l’eau sont trop gros,
les filles de l’air pouss’ront derrièreu.
Coupe la rivière, bateau ciseau,
mais surtout ne lâche pas l’ morceau.

Comme je restais longtemps au fond,
les deux côtés m’ont fait la gueule ;
les ciseaux ont coupé les ponts,
le bateau s’est barré tout seul.

Depuis j’ai la tête dans l’ressac,
je me lève avec les sardines ;
je dors quand les coquilles Saint-Jacques
ont fini d’sonner les matines.

J’ai perdu mon bateau ciseau
qui naviguait en plein délire ;
sur mes larmes qui coulent à flots,
il n’y a plus qu’un petit navire.

Coupe la rivière, bateau ciseaux, la rivièreu..la rivièreu...
Si les filles de l’air te démontent,
laisse les faire, il n’y’a pas de honte.
Coupe la rivière bateau ciseau,
mais surtout ne lâche pas l’morceau... ...
mais surtout ne lâche pas l’morceau... ...

mais surtout ne lâche pas l’morceau... ...


Bateau Ciseau
Retour