Alain Broutin
Texte déposé à la SACEM


Bien l’bonjour, c’est l’temps des fleurs.
Y’a une prairie dans ton cœur
mais j’ai qu’un seul arrosoir.
Dis, c’est pas pour ça qu’tu pleures ;
bonsoir !

Bien l’bonjour, voilà l’train train.
Dire qu’on chantait au départ :
« Il est coquin l’chef de gare »,
c’est un refrain qui s’fait rare,
bonsoir.

Bonjour c’est l’amour,
tu es à moi pour toujours
mais dès qu’on aura fait l’tour,
dès qu’y’aura plus rien à voir,
bonsoir !

Bien l’bonjour, voilà l’angoisse.
Les cafards font du sur place ;
on s’réfugie dans l’boudoir,
plus on s’écrase, moins ça les chasse,
bonsoir !

Bien l’bonjour, voilà l’usure.
On renforce l’architecture,
chacun construit son rempart,
bientôt on pourra plus s’voir,
bonsoir !

Bonjour c’est l’amour,
tu es à moi pour toujours
mais dès qu’on aura fait l’tour,
dès qu’y’aura plus rien à voir,
bonsoir !

Bien l’bonjour, y’a plus d’lézards,
y’a qu’deux caïmans qui s’mordent.
Dans un lit, ça fait désordre .
C’est la chute de notre histoire ;
bonsoir !

Bien l’bonjour, voilà l’espoir.
J’ viens d’croiser mon grand amour ;
j’sais pas c’qu’il donnera plus tard
mais pour le moment,…
bonjour !

Bonjour c’est l’amour,
tu es à moi pour toujours
mais dès qu’on aura fait l’tour,
dès qu’y’aura plus rien à voir,
bonsoir !
Et bien l’bonjour et bien l’bonsoir !
Bonjour !
Et bien l’bonsoir et bien l’bonjour !
Bonsoir !......


Bonjour bonsoir
Retour